DMLA

DMLA

La DMLA est une maladie de la rétine qui se développe après 50/60 ans, qui peut être définie comme un vieillissement accéléré et anormal de la rétine. Elle touche la zone de vision centrale de la rétine appelée macula. La rétine périphérique est toujours préservée, ce qui permet de conserver dans tous les cas un champ visuel sur les côtés. Elle se manifeste par une baisse de vision, des déformations d’images (métamorphopsies) et éventuellement de tâches fixes (scotome).

Elle touche 10 à 20% des patients de plus de 75 ans, à des degrés de gravité divers.

Les facteurs de risque de DMLA sont :

  • L’âge
  • Le tabagisme
  • La génétique : vous aurez plus de chances d’être atteint de DMLA si des membres de votre famille en souffrent.
  • L’exposition solaire (les UV) 
  • L’alimentation déséquilibrée : notamment pauvre en Omega 3, vitamine C & E, en zinc & en bêtacarotène.

Le premier stade de la maladie est appelé Maculopathie liée à l’âge (MLA). Elle est due à l’accumulation de déchets métaboliques sous la rétine appelés drusens.

Il existe 2 formes de DMLA avérée.

  • La forme exsudative dite « humide » :
    Des micro-vaisseaux sanguins anormaux (néo-vaisseaux) se forment de façon anarchique dans les photorécepteurs, provoquant de l’œdème de la neuro-rétine (exsudation) ainsi que des hémorragies.
  • La forme atrophique dite “sèche” :
    Les drusens vont évoluer vers un amincissement irréversible des photorécepteurs (atrophie). Les zones d’atrophie peuvent être plus ou moins confluents et laisser des zones de vision préservées au sein des zones d’atrophies.

L’OCT est l’outil diagnostic indispensable pour guider la thérapeutique.

Le mode OCT-A (Angiographie) peut permettre de visualiser le néo-vaisseaux dans les formes exsudatives.

La forme exsudative est accessible à un traitement par injection intra-vitréenne (IVT) d’anti-VEGF.  Cela permet une régression des néo-vaisseaux. Bien souvent, il faut plusieurs injections initiales pour en venir à bout avec ensuite des injections d’entretien régulières.

Dans la forme atrophique, il faut surtout ciblée sur la prévention de l’aggravation (compléments alimentaires à base d’oméga 3 et lutéine, protection contre les forts UV et le sevrage tabagique). 

Il faut une surveillance régulière car certaines formes atrophiques peuvent se compliquer en forme « humide ». 

 

Les symptômes de DMLA peuvent être autodépistés par les patients et est une pierre angulaire de la surveillance. L’auto-surveillance consiste à cacher un œil puis l’autre 1 fois par semaine de façon à dépister précocement une baisse de vision ou des déformations visuelles récentes.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.