MYOPIE

MYOPIE

La myopie est une anomalie de la réfraction fréquente affectant essentiellement la vision de loin, qui est perçue floue tandis que la vision de près est préservée. Il s’agit d’un trouble réfractif, débutant en général dans l’enfance/adolescence et évoluant jusqu’au début de l’âge adulte.
Les deux facteurs de risque principaux de la myopie sont l’hérédité et un mode de vie privilégiant la vision rapprochée, ce qui correspond à une tendance de nos modes de vie modernes (écran, etc…). En raison du mode de vie moderne privilégiant la vision de près au détriment de la vision lointaine, la prévalence de la myopie ne cesse d’augmenter. De nombreuses études convergent sur le constat suivant : la pratique d’activités en plein air durant l’enfance serait un facteur protecteur vis-à-vis de la myopie au contraire des activités requérant la vision de près, comme la fixation d’écrans. La myopie est rarement présente
dès la naissance et arrive souvent vers l’adolescence. Elle peut néanmoins apparaître à tout âge, certains adultes jeunes se découvrant ainsi une myopie « estudiantine » favorisée par des études prolongées.

L’expression d’une correction en dioptries (D), ne doit pas être confondue avec la mesure de l’acuité visuelle, qui s’exprime en 10èmes et évalue une notion différente : celle de la capacité d’un œil à discerner de petits caractères.
L’acuité visuelle désigne ainsi le pouvoir séparateur de l’œil entre deux points et se mesure en consultation par la taille des lettres que le patient parvint à distinguer (sur l’échelle de Monnoyer). Contrairement à la correction, l’acuité
visuelle ne figure le plus souvent pas sur l’ordonnance de votre ophtalmologiste car elle n’est pas utile à la confection des verres correcteurs.
Une faible myopie suffit à abaisser de beaucoup l’acuité visuelle.
La myopie n’est pas une maladie de l’œil à proprement parlé mais un défaut réfractif. En revanche, la myopie forte (plus de – 6 dioptries) doit être considérée comme une vraie maladie de l’œil et expose à d’éventuelles complications (cataracte précoce, déchirure et décollement de rétine, pathologies de la macula, glaucome plus fréquent).

Ce défaut de vision se corrige au moyen d’une correction optique (lunettes, lentilles), lentille nocturne (orthokératologie) ou d’une chirurgie laser (PKR, LASIK), au même titre que l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.
Pour bénéficier d’une chirurgie de la myopie au laser, il faut remplir certaines conditions telles que : myopie stable depuis plus de 2 ans, âge de plus de 23 ans, épaisseur de cornée (pachymétrie) suffisante pour pouvoir « sculpter » la correction optique au sein de la cornée, bonne qualité de larmes.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.